Que s’est-il passé pour ma part depuis mon dernier post, une vie bien remplie qui ne m’a laissé guère le temps de bloguer et comme je considère que cela doit se faire dans un élan spontané, j’ai laissé venir ce jour pour écrire ces mots. Mademoiselle Coccinelle a écrit un bel article  sur son blog pour parler de ce que l’on appelle le mouvement du Slow Blogging, en résumé vivre sa vie en considérant que les réseaux sociaux sont utiles car participatifs, ludiques, enrichissants et pleins d’échanges au quotidien mais dans un rythme qui convient à chacun. A noter que ceux qui pensaient au début de la phrase que j’allai m’étaler sur ma vie peuvent aller voir mon compte Instagram.

colibri

colibri Olechka via Pinterest

Le partage doit être le leitmotiv de tous les supports de diffusion pour nous blogueurs non professionnels restant dans la spontanéité, la genèse est pouvoir partager à sa famille et à ses amis, ensuite il ya tout ceux qui aiment ce que vous diffusez et donc vous leur partager. Vous découvrez alors tellement de nouveaux amis et pour certains d’entre nous ça peut s’emballer dans le nombre d’abonnés, c’est comme si vous aviez diffusé un produit que l’on s’arrache mais qui n’existe pas en fait…

De tout cela on doit retenir ce qui existe, ce qui est vrai, palpable parfois et qui amène à la réflexion… et qui donne principalement l’envie d’aller plus loin que le post simple ! Je veux pour ma part rester dans cet état d’esprit !

Prendre du recul comme je l’ai fait ces derniers mois permet de se repositionner et de prendre en compte son évolution personnelle, ce que l’on veut diffuser et surtout ce que l’on veut faire de différent peut être pour ne pas s’enfermer dans un rôle ou un créneau défini. Pour ma part j’ai toujours vécu ainsi ce qui m’a permis de connaitre tellement de personnages enrichissants et de faire diverses expériences improbables parfois.

En ce qui concerne les réseaux sociaux, je pense qu’il y a tellement à venir dans leurs évolutions, ils vont faire un virage dans la manière de diffuser, pour qui, pour quoi et comment ! Cela  vient de l’évolution rapide des technologies, de la compréhension faite de ceux-ci après ces années d’émergence mais aussi de la professionnalisation marchande. Devenir influenceur ou ceuses demande beaucoup de travail et surtout de se confronter à un marché conséquent ou chacun voudrait prendre sa part correctement, c’est allier et son envie de se positionner sans compromis, et la spontanéité tout en vérité de ce qu’on diffuse pour ne pas perdre l’essence de soi et de ce que les followers aiment de nous.

Nous allons ainsi nous confronter à une virtualité dans la technologie utilisée mais aussi dans les comptes créés qui seront sous influences. On devra trouver alors sa place et surtout laisser une place au vivant. La solution serait des réseaux sociaux privés, ils essayent d’émerger depuis quelques années cela n’est pas encore un mouvement conséquent, l’esprit est de pouvoir accéder à un réseau qui nous correspond comme le propose KINDNET  qui parle des autres et pas de soi, ou comme VERO qui n’exploite pas nos données

Certains devront faire des choix et amorcer la transition pour savoir dans quelle direction aller, ce ne sera pas simple mais vous devrez être confiant sur vous et sur vos alternatives, pour ma part je suis confiant car il va émerger de tout ça tellement de sujets et événements intéressants.

A suivre…

renk1b

 

 

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits dans Eglaner

Laisser un commentaire

Consulter aussi

LA NOUVELLE EPICERIE – l’Elégance dans votre assiette

Au fil de mes balades dans Montpellier et au hasard que je privilégie dans ma vie, je suis…